A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Home / Monde / Afrique / Voiture électrique : cette start-up convertit votre essence ou diesel en 4 heures

Voiture électrique : cette start-up convertit votre essence ou diesel en 4 heures

Ariane BLANCHET pour les echos.fr

La start-up Transition-One, qui promet de convertir une voiture thermique en électrique, et ce en un temps record, vient de recevoir le prix EDF Pulse dans la catégorie « transition écologique ».

« Fin de la vente des voitures à essence et diesel d’ici 2040 », annonçait Nicolas Hulot (alors ministre de l’Ecologie) en juillet 2017 dans le cadre de son plan climat. L’interdiction a été officiellement votée deux ans plus tard. Cette annonce, ambitieuse, lançait les premiers jalons de la décarbonation du parc automobile français. Mais plus contraignante qu’innovante, elle éludait bien des façons d’atteindre l’objectif « zéro émission ».

« Comment baisser ces émissions dès maintenant ? Et quid des voitures thermiques déjà fabriquées ? », s’interrogeait alors Aymeric Libeau, futur fondateur de Transition-One . Jeter à la casse tous les véhicules thermiques au motif qu’ils émettent des émissions de gaz à effet de serre n’est évidemment pas une option. Le bilan carbone d’une voiture est d’ailleurs pour moitié produit lors de la production. Alors, la question de les valoriser s’impose à l’esprit de l’entrepreneur, qui commence à s’intéresser au « retrofit », cette pratique qui consiste à remplacer le moteur thermique d’une voiture par un moteur électrique à batteries. « On vise les petites voitures de foyer, qui ne font pas beaucoup de kilomètres, comme la Twingo 2, la Fiat 500, mais aussi la Mini ou la Kangoo », explique Aymeric Libeau.

La promesse retrofitée de Transition-One est celle d’une voiture « électrique, connectée, abordable ». Cette offre simple d’une conversion en quatre heures, à proximité du domicile et au coût de 5.000 euros (primes de l’Etat déduites), a séduit le jury du prix EDF Pulse qui a annoncé les lauréats ce 1er décembre.

Le retrofit n’est légal en France que depuis avril 2020. Les différents acteurs du marché français, parmi eux Retrofuture , Carwatt , Noil ou encore Phoenix Mobility , rassemblés au sein de l’ association AIRe , ont obtenu auprès du ministère du Transport l’homologation officielle de leur pratique.

Mais comme la réglementation est récente, il s’agit désormais pour l’Utac, organisme chargé de l’homologation des voitures, de valider chaque kit de conversion. Et cela prend du temps, comme dans le cas de Transition-One qui n’accepte pour le moment que des précommandes et espère avoir ses premiers clients en début 2021. La start-up, forte d’une levée de fonds de 500.000 euros cet été, ne manque pas d’ambition : elle souhaite effectuer 100.000 conversions d’ici cinq ans, en espérant réaliser des économies d’échelles importantes.

Pour Aymeric Libeau, la France a une vraie carte à jouer dans l’industrialisation de ce secteur. Dans les pays anglo-saxons, qui ont l’homologation facile, le retrofit est artisanal et reste l’affaire de quelques fans de voitures anciennes. En tant que filière industrielle, la France a déjà de l’avance, et les investissements doivent suivre, ne serait-ce que pour aider les acteurs à supporter une baisse future des subventions de l’Etat, selon l’entrepreneur. « Le sujet est très capitalistique, poursuit-il. Le prix de l’homologation d’une solution s’élève à plus de 100.000 euros, les batteries électriques coûtent excessivement cher… Nous aurons besoin à l’avenir de lever des fonds à hauteur de huit millions d’euros. »

Une réponse écologique d’urgence

Le secteur des transports est le premier émetteur de CO2 en France, à hauteur de 39 % des émissions totales, d’après l’Ademe, l’Agence pour la transition écologique. « Migrer le parc vers du tout électrique nécessite des véhicules neufs, mais aussi du retrofit », martèle Aymeric Libeau. Et pour cause : le coût d’achat d’une voiture électrique, en général supérieur à 20.000 euros, est encore trop réservé à des foyers de la classe moyenne.

Mais après avoir été adulées, les voitures électriques ont été sous le feu des critiques. Leur empreinte carbone, en incluant l’ensemble du cycle de vie (de la fabrication des batteries à leur recyclage) reste conséquente . Si le retrofit n’est pas, en l’état actuel des technologies de batteries électriques, une solution écologique entièrement satisfaisante, elle a le mérite de réutiliser le parc automobile existant. Et Aymeric Libeau de défendre : « puisque les voitures converties ont été construites à l’origine pour des moteurs thermiques, elles n’intègrent pas les accélérations fulgurantes que permettent les nouvelles voitures électriques. En ce sens, elles consomment moins d’énergie, et les batteries durent plus longtemps. »

Ariane BLANCHET pour les echos.fr

A propos ithry-laib

Voir aussi

L’explosion au port de Beyrouth était si puissante qu’elle a perturbé l’ionosphère terrestre

L’onde de choc provoquée par l’explosion de Beyrouth était équivalente à celle déclenchée par une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *